Carnets de notes

Anne Derasse

Le renouveau de la chartreuse

« Au premier abord, l’envoûtement est immédiat. Calon Ségur est une perle qui a façonné son écrin.

Ce domaine clos de murs, où la quiétude s’invite, préserve son vignoble, sa chartreuse XVIIIe, ses jardins, sa chapelle.
Comment ne pas déranger cet ordre, semblant si naturel qu’il se joue de sa rigueur pour devenir organique et feutré, et qui pourtant bruisse du travail des hommes. Cette intimité et ce mystère sont à préserver à tout prix.

Chaque maison a son langage ; d’emblée cette propriété me parle. Le projet architectural pourrait être une métaphore de l’élaboration du vin ; il s’exprime dans les mêmes termes : s’émerveiller, analyser, laisser mûrir, décanter, structurer, assembler, patienter, déguster. Je recherche le goût de la mémoire qui a forgé les lieux : capter et préserver l’âme des lieux, ce point d’ancrage entre l’histoire des hommes et le passage du temps, qui se ressent sans se laisser définir entièrement.

La structuration des espaces sera limpide pour servir la lumière et l’infini : les perspectives sont dégagées, les vues traversantes sont mises en exergue, les enfilades des pièces sont soulignées, les charpentes d’origine sont libérées pour amplifier les volumes majestueux. L’oeil se laissera porter le long de ces axes directeurs pour s’attacher ensuite aux détails, à moins que cela ne soit l’inverse.

Cette belle et claire structure sera habillée élégamment, sans ostentation, car ce lieu de villégiature au milieu des vignes fut d’abord une « aristocratique maison des champs », traversant les ans jusqu’à nous.


Celui qui s’arrête un instant pour apprécier la proportion savante d’une fenêtre, le rythme calculé des degrés des pierres de Gironde, ou tout simplement les reflets d’un ciel d’automne dans la pièce d’eau du jardin, sent peu à peu l’esprit du site le gagner.
Il est vrai que Calon Segur a une ‘’âme’’ à la mesure de son grand passé.



Les étoffes en soie, lin, coton, laine, s’expriment en damas, velours, piqués, épinglés pour sublimer les ambiances. Les couleurs sont minérales et végétales ; elles portent l’empreinte cristalline des graves, les tons calcinés des ceps balayés par les intempéries, les tons bronze et mordorés des métaux patinés mais aussi la fraîcheur des ramures d’un jeune feuillage.

Quelques teintes sophistiquées s’y entremêlent : ce bleu de Prusse velouté et profond, si fortement associé au portrait du marquis de Ségur ; de mystérieux grenats comme la robe des vins.

Les mobiliers et objets choisis confèrent une atmosphère à la fois feutrée et sans artifices, pour atteindre l’élégance sobre recherchée.
Sonder l’essence de Calon Ségur c’est aussi en restituer, par les sens, son esprit. »