Carnets de notes

Marin – Responsable des innovations technologiques

« LA SEULE CHOSE QUI NE CHANGERA JAMAIS, CE SONT LES TERROIRS »

Pouvez-vous présenter votre rôle à Calon Ségur ?

J’ai rejoint le château Calon Ségur en septembre 2019 en qualité de Responsable des innovations technologiques. Cela signifie que j’accompagne les équipes du château sur toutes les pistes d’amélioration de pratiques et d’équipements, tant à la vigne qu’au chai, en restant au contact des techniques intéressantes ou pertinentes, qui peuvent venir d’autres secteurs (agroalimentaire, industrie) afin de voir comment on peut les adapter à notre cœur de métier qui est la viticulture ou l’œnologie.

Quel est votre parcours ?

J’ai 25 ans et suis originaire de Bretagne. J’ai suivi une formation d’ingénieur agronome à Bordeaux Sciences Agro pendant 3 ans, spécialisé AgroTIC, une branche très liée aux nouvelles technologies. J’ai suivi ma troisième année en alternance à Cognac, puis après mon diplôme je suis parti quelques mois en Nouvelle-Zélande, avant de revenir en juin 2019 en France. Initialement je ne me destinais pas au monde du vin, je me voyais plutôt appliquer ma formation dans des exploitations agricoles à grande échelle en Australie ou au Canada, qui sont traditionnellement plus sensibles aux nouvelles technologies que la viticulture. Mais Calon Ségur fait partie des propriétés les plus en pointe sur ces sujets et la perspective de collaborer avec un grand cru classé aussi prestigieux m’a emballé.

"Certains pensent que le monde du vin est conservateur mais dans une propriété comme Calon,
on n’a pas peur de mettre les nouvelles technologies au service de l’amélioration des vins."

Sur quels sujets travaillez-vous précisément à Calon Ségur ?

Nos pistes de travail sont multiples. Avec la responsable des vignobles Lisa Gustafsson, qui a suivi le même cursus que moi avec deux ans d’avance, nous visons premièrement à réduire la consommation de produits phytosanitaires en optimisant les systèmes de pulvérisations sur les tracteurs au moyen de systèmes GPS très précis. Nous travaillons également avec des entreprises et laboratoires partenaires sur des modalités d’estimation des rendements de la vigne grâce à du traitement d’image. Enfin, nous conduisons des recherches sur la réduction de l’utilisation du soufre, notamment grâce à l’utilisation de la lumière pulsée, émise à très haute intensité, qui a des propriétés désinfectantes.

Le monde du vin est donc compatible avec l’innovation ?

Certains pensent que le monde du vin est conservateur mais dans une propriété comme Calon, on n’a pas peur de mettre les nouvelles technologies au service de l’amélioration des vins. Le tout est d’avoir suffisamment de connaissance de ces technologies pour trier le vrai du faux et distinguer les bonnes applications. Aujourd’hui, nous sommes très observés sur nos pratiques et certains viennent nous demander conseil. J’occupe un poste très enrichissant à tout point de vue, qui permet de côtoyer des compétences très différentes, explorer toujours de nouvelles idées et de nouveaux outils pour aider l’entreprise à progresser. Tout en gardant à l’esprit que nous travaillons dans un grand cru classé dont l’objectif final est de produire le meilleur vin possible, dans le respect de certaines traditions. La seule chose qui ne changera jamais, ce sont les terroirs, c’est toujours à partir de ça qu’il faut composer. Le reste est annexe.